Chroniques quotidiennes

26 mars 2014

Un chinois à Paris

 

Il y a 50 ans, la Chine s’éveillait

C’est un certain Mao qui alors chapotait

L’empire du milieu qui n’était pas encore

La puissance mondiale, le pays de l’essor,

Essor économique, essor démographique.

Essor politique… désastre écologique.

Ils étaient peu nombreux à alors penser

Que la Chine pourrait en quelques décennies

Devenir un géant de notre économie,

Plus fort que le Japon et les Etats–Unis

Solide et structurée bien plus que la Russie.

Et pourtant ce n’était qu’un pays communiste

Bien loin du Dieu « Dollar » et des grands affairistes,

Bien loin du modernisme et du capitalisme

Gages de réussite et de dévelop’ement

Loin du modèle US ou du modèle Rhénan !

Oui mais voilà la Chine elle a d’abord compté

Sur sa capacité à sur-mobiliser

Son peuple en un projet qui bien que communiste

A su faire vibrer l’atout nationaliste

Pour construire un pays et le faire évoluer

De rizières ancestrales à l’atome maitrisé.

Aujourd’hui à Paris c’est un géant mondial

Qui vient voir une France « puissance municipale »

Qui a craint pour Avignon, pour Forbach et Béziers,

Nez dans le microcosme et pieds dans le bourbier !

Bloc, le 26 mars 2014

Posté par bloc à 08:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 mars 2014

Tractations

 

Les tractations ont lieu depuis le premier tour,

A gauche il est question de sauver quelqu’atours

En construisant, c’est vrai, un front républicain

Pour éviter le pire ; un front bien plus malsain.

La débâcle, il est vrai est déjà colossale,

Elle est le juste prix d’une gauche libérale,

Qui, il faut l’espérer, pourra enfin piger

Qu’il est bien sûr possible de vraiment réformer

Dès lors que pour le faire, elle saura s’appuyer

Sur les forces de gauche qui, elles, l’avait élue

Attendant un Chang’ment qui n’est jamais venu !

Les tractations ont lieu depuis le premier tour,

A gauche il est question de sauver quelqu’atours,

Avant qu’elle soit nue, cette gauche de pouvoir

Devra enfin comprendre qu’il est vain de s’assoir

Sur ce qui fait sa force et qu’elle oublie pourtant.

Quelques villes seront sauvées probablement,

Mais le fond du problème restera tout entier

Si le cap choisit n’est pas enfin changé.

Bloc, le 25 mars 2014

Posté par bloc à 08:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mars 2014

Berezina !

Bérézina !

La claque est bien réelle, le KO n’est pas loin,

Une ville est au FN, l’UMP mène grand train,

Il a gagné des villes et mis bas le PS

Qui doit être a perdu beaucoup de Marseille jusqu’à Metz.

Il peut toujours penser que pour le second tour,

Ceux qui n’ont pas voté, marquant leur désamour

Auront enfin pour lui le sursaut salvateur

Qui fera que Paris restera leur bonheur !

Cela dit il est bon que le gouvernement

Et même à l’Elysée que le « bon Président »

Prennent enfin conscience que l’on ne peut durer

Lorsqu’on fait le contraire de ce qu’on a clamé.

Ce qui pourrait sauver le PS de la peine,

C’est malheureusement le maintien du FN :

Le second tour verra des victoires singulières

De villes restant à gauche… grâce aux triangulaires !

Bloc, le 24 mars 2014

Posté par bloc à 08:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2014

 

Sarko le petit

On lit dans la tribune qu’il donne au Figaro

Le visage de la haine dans tous ses oripeaux,

Sa colère n’est pas feinte, son mépris est total

Sa hargne est infinie et sa diarrhée verbale

N’a d’égale que sa haine pour ceux qui l’ont déchu

Du trône qu’il s’octroyait et qu’il n’occupe plus.

Il voit des dictatures là ou l’Etat de Droit

Ne fait que s’appliquer….même au grand Nicolas.

Il fustige la justice, la République aussi,

Il n’épargne personne, pas même ses amis.

On lit dans la tribune qu’il donne au Figaro

Le visage de la haine dans tous ses oripeaux,

Si la démocratie est parfois bafouée

Elle l’est par de tels hommes aux petites idées

Mais à l’égo énorme au point d’en oublier

Que même Sarkozy peut être balayé.

Bloc, le 21 mars 2014

Posté par bloc à 08:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2014

v'la le Printemps !

V’là l »Printemps…

 

Les plus terre à terre d’entre nous pourront toujours dire que cette année il va être difficile de faire la part des choses entre Printemps et Hiver tant ce dernier a été clément !

Les plus pessimistes pourront décliner les affres d’un réchauffement de la planète et le risque de voir les saisons ne plus en être !

Parmi les plus poètes certains inviteront les mignonnes à aller voir si la rose qui ce matin était éclose…

Les plus jardiniers prendront date avec leurs râteaux, leurs binettes, leurs oignons et leurs jardins !

Les plus allergiques vont se précipiter chez leurs médecins pour amoindrir les effets de cette floraison qui les rend bien malheureux ! Les plus pauvres vont recommencer à avoir peur de se faire expulser!

Les plus riches vont envisager comment, à peine sortis des neiges d’hiver, ils vont passer leurs séjours d’Eté.

Les plus « amis » de Sarkozy (vous verrez que dans la période, il y en aura beaucoup moins) vont attendre que le vent du boulet passe… !

Les plus sportifs préparent déjà les défis à venir, notamment les quelques marathons prévus à leur programme.

Les plus « soiffards » affinent déjà ce petit rosé bien frais qui accompagnera magnifiquement bien les merguez que le barbecue grille d’impatience de rôtir….

 Bref, v’là le Printemps, et avec lui cet éternel recommencement ! Reste que cette année, si le Printemps pouvait aussi amener un peu de changement il n’en serait que plus bénéfique. Ainsi, si François Hollande pouvait se remémorer, fut-ce un peu, que le fait d’être social-démocrate ne conduit pas inexorablement à être libéral, marquerait un bon début de Printemps. Si au passage quelques édiles municipaux enracinés depuis des décennies pouvaient être renvoyés par leurs électeurs dans leurs jardins de Levallois-Perret ou de Marseille, d’Avignon ou de Melun… le Printemps s’annoncerait bien !

 

…v’là l’joli temps…

Bloc, le 20 mars 2014

Posté par bloc à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 mars 2014

Tout vient à point ....

Tout vient à point….

Le petit Nicolas pourrait, et c’est justice,

Passer quelques années sous de bien bons auspices,

Hébergé par l’Etat, il en a l’habitude,

Avec cette fois-ci un peu moins de quiétude.

Oh certes il lui faudra attendre encore un peu

Avant de savourer ces instants merveilleux

Où l’Etat lui dira le temps de son mandat,

Et aussi le palais où il s’exercera !

Il n’aura pas besoin de blanc-seing d’électeur,

Il n’aura qu’à attendre (pour lui c’est un labeur)

Qu’un magistrat lui dise quelles sont les attentions

Que notre République, au nom de la Nation,

Donne aux fauteurs de trouble, aux voyous, aux bandits

Même quand ils portent comme nom celui de Sarkozy.

Quand il fut Président il fut mon cauchemar ;

Je lui souhaite la « Santé »… on change sur le tard !

Bloc, le 19 mars 2014

Posté par bloc à 08:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2014

Blondel !

Blondel est décédé. C’était un personnage

Un tribun affirmé, un militant « hors d’âge »,

Un défenseur sans faille de tous les ouvriers

Un grand négociateur, un fin manœuvrier.

Les hommages qui affluent des milieux politiques

Du milieu syndical et du milieu laïc

Vont dresser des louanges au grand homme qu’il était,

Vont en faire une icône et un « plus que parfait ».

 

Blondel est décédé. C’était un personnage

Un homme d’appareil, amoureux des clivages :

Force Ouvrière regroupe des sensibilités

Qui vont de l’extrême-droite aux « trotskards » esseulés,

Blondel les a unis pour prendre le pouvoir

Au mépris d’une ligne que l’on ne pouvait voir,

Il en a abusé et même théorisé

Autour du syndicat de la seule fiche de paie.

 

Blondel est décédé, c’est évidemment triste

Alors salut à toi, alors salut l’artiste !

FO n’est pas mon truc, on ne se refait pas

Même si on a porté souvent les mêmes combats.

Bloc, le 18 mars 2014

Posté par bloc à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mars 2014

S’il faut alterner !

 

La pollution aidant Ayrault a décidé

Qu’aujourd’hui à Paris on fait dans « l’alterné ».

Pour certain il s’agit d’une bonne décision

Pour d’autres, c’est évident, ce n’est qu’un piège à cons.

En attendant, ce jour, les impairs rouleront

Pendant que tous les pairs au parking resteront.

Comme il ne s’agit pas d’un problème essentiel

Qui remettrait en cause de façon structurelle

Les politiques en cours et leurs grandes options ;

Je laisse ce débat à Coppé et Fillon.

Il en aurait été vraiment tout autrement

Si Ayrault décidé avait très franchement

Proposé d’alterner, s’eût idéal,

Sa dérive politique vraiment trop libérale.

Bloc, le 17 mars 2014

Posté par bloc à 08:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2014

 

Tous pourris….

 

Tous pourris, c’est comme ça que beaucoup de gens pensent

De la classe politique du beau pays de France.

Convenons que certains font beaucoup en ce sens,

Et qu’avec nos lois ils prennent beaucoup d’aisance.

Qu’ils s’appellent Cahuzac ou encore Balkany

Qu’ils se nomment Strauss-Kahn ou même Sarkozy…

Ils jouent avec la loi, mais bien plus important,

Ils bafouent toute éthique et ça depuis longtemps,

Ils font ainsi ainsi le lit du fameux « tous pourris »

Dont le Front National s’abreuve et se nourrit.

La question n’est du reste pas simplement éthique,

Elle est aussi bien sûr avant tout politique :

A force de promettre ce que l’on ne fait pas,

De dire que tout va bien alors que rien ne va,

Pour gagner d’être à gauche, mais l’oublier ensuite ;

On n’était pas pourri… mais on le devient vite !

Bloc, le 13 mars 2014

Posté par bloc à 10:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2014

L’euro yoyo !

 

Quand l’euro est en haut le dollar est faiblard,

Mais quand le dollar flambe, c’est l’euro qu’est ringard.

Si l’euro est très cher, le dollar est pâlot,

Quand le dollar remonte, c’est l’euro qu’est pas beau.

Quand le dollar est haut c’est l’euro qu’a pas d’pot,

Le billet vert est cher, et l’euro vaut zéro.

Mais ça ne dure jamais, car l’euro n’aime pas

Manquer de calories et se trouver à plat.

Quand l’euro est très bien, le dollar fait un flop

Quand l’euro est très bas, le dollar est au top.

Si le dollar va bien, l’euro est tout fiévreux,

Quand le dollar toussote, c’est l’euro qui va mieux.

Quand l’euro est en haut on exporte moins bien,

Tous les industriels ont peur du lendemain.

Mais quand l’euro est bas, importer est risqué ;

Tous les industriels se mettent à trembler.

C’est à n’y rien comprendre, d’ailleurs on n’comprend rien,

Ca va toujours très mal, et donc jamais très bien.

Les parties de yoyo auxquelles jouent les monnaies,

Laissent les pauvres, pauvres…et bien des  riches en paix.

 

Bloc, le 12 mars 2014

Posté par bloc à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]